Questions de lecteurs : Moi aussi je voudrais devenir archiviste. Euh… documentaliste. Ha non, c’était quoi déjà ? – (Chapitre 1) Le bibliothécaire

La Question Du Lecteur

La Question

Question n° 542.1 de  Aimale Amdessidé, 18 ans – Moi aussi je voudrais devenir archiviste. Euh… documentaliste. Ha non, c’était quoi déjà ?

La Réponse

Bonjour Aimale, tout dépend de ce que vous souhaitez faire : bibliothécaire, documentaliste, archiviste… ce sont des métiers très différents. Un peu comme une famille de rapaces (oui, on a les comparaisons qu’on mérite) : pygargues, aigles, buses… ce sont tous des emplumés mais ils se vexeraient fortement si vous les confondiez.

Le bibliothécaire, l’archiviste et le documentaliste, trois entités bien distinctes

Commençons par le plus simple, aujourd’hui parlons du…

 

Bibliothécaire

Bibliothécaire certes, mais quel bibliothécaire ? Municipal, universitaire, départemental, patrimonial, dans le privé… en secteur adulte, en secteur jeunesse, en ZUS, en campagne, de Paris ou en centre ville… ?

C’est pas bientôt fini non ?

Voilà, c’est ça : le métier de bibliothécaire est en réalité une arborescence géante et leurs missions varient en fonction du lieu, du public, des collections…


 
Le bibliothécaire municipal

Il s’occupe des fonds et accueille les publics de la bibliothèque municipale. Il peut aussi bien acheter des livres, que des jeux-vidéo, des CD (-rom), des DVD, des jeux de société, des machins numériques et plein d’autres trucs. (Les discothécaires et vidéothécaires entrent là dedans, n’essayez pas de vous cacher !) Son patron est le maire : il est donc un rouage de la fonction publique territoriale. (Pour plus d’infos, voir la réponse à la question n°09 et à la n°404)

 

Le bibliothécaire adulte 

C’est quelqu’un de sérieux. Sinon pourquoi l’appellerait-on bibliothécaire ADULTE ? Il fréquente des adultes sérieux, boit du café serré, fait des blagues sérieuses et propose des animations sérieuses autour de livres sérieux (et plus si affinité). (Qui a dit : “Il est un peu chiant” ?!)

Il aime soigner son public en lui achetant des documents adaptés, en lui proposant de la médiation autour de tout un tas de sujets (conférences, ateliers, rencontres, club lecture…), en entretenant ses fonds avec amour et persévérance histoire de pouvoir au mieux conseiller le lecteur exigeant (vous).

La reine Victoria dirait : “Ur librairian is NOT amused”…

 

Le bibliothécaire jeunesse

Lui, il aime la bave et les substances non identifiées. Il passe son temps dans un monde de licornes, d’arcs-en-ciel et de poneys et jongle entre les acquisitions de documents et les animations auprès des classes et des crèches.

Vous le verrez toujours courir à droite et à gauche à la recherche d’un instrument de musique, d’un tube en mousse ou d’un tapis ridicule. Il aura souvent dans ses poches des feutres, des livres-hérisson et des gommettes  (parce que c’est rigolo, les gommettes) et communiquera uniquement par jeux de doigts ou comptines…

Bref, il fait le même boulot que le bibliothécaire adulte… mais pour les enfants.

 

Les bibliothécaires de Paris 

Un espèce endémique : ils sont un peu à part puisqu’ils ont leur propre concours. Mais sinon, ce sont des gens comme vous et moi. (Laissez-les au moins croire ça, bon sang !)

 

Le bibliothécaire patrimonial 

Une espèce rare : là c’est plus compliqué… ça fait quoi un bibliothécaire patrimonial exactement ? Vous allez rire, j’en ai justement un qui traîne dans le coin. (“Noooon ?!” s’exclame la foule étonnée) Comme il est un peu farouche, il faut y aller en douceur… prenons nos jumelles, un peu de pain pour l’amadouer et observons le un instant.

Le bibliothécaire patrimonial vous dira deux choses importantes :

La première : il est surbooké.

La seconde : il n’a pas assez de budget.

“Sivouplai Madame ! Pour mon incunable qui est malade !”

Faites semblant de le croire, compatissez un peu sinon il s’envolera loin de vous d’un air outré et vous ne pourrez plus vous en approcher.

Son credo c’est “conservation, conservation, conservation”. Il aime les vieux bouquins, surtout ceux qui coûtent cher. Les feuilles d’or, l’encre précieuse et le papier hors de prix (voir la peau de bête !). Bref, le bibliothécaire patrimonial n’est pas un rapace, c’est une pie.

Il peut s’occuper de fonds différents :

  • Les monographies, qu’on divise en deux camps : les manuscrits qui sont les livres écrits à la main. Avant le XVème (l’imprimerie) les bouquins étaient tous manuscrits mais on peut aussi trouver des manuscrits récents. Et les imprimés (qui sont donc des livres imprimés)
  • Le fonds iconographique : qui contient  cartes, estampes, plaques photographiques, photographies, diapositives, affiches, médailles…
  • Des objets : selon l’histoire de la ville, la bibliothèque peut être en charge d’objets…
  • Et puis il y a les fonds particuliers : une sorte de melting-pot de de ce que l’on a vu avant. En général, il s’agit d’un ensemble de documents qui se retrouve ensemble par un élément commun (bref, une collection d’un mec qui a eu une certaine notoriété/influence (et plus si affinité) dans le département ou la région.
Jean Michu, notable de la région, qui a légué à la bibliothèque sa collection de romans adultes du XVIIIème

 
 Le bibliothécaire départemental

Ça risque de vous épater, mais le bibliothécaire départemental dépend… du département (oui, je sais, toute cette connaissance sur ce site, ça en devient presque indécent).  Le public dont il s’occupe est un peu particulier puisqu’il s’agit majoritairement de… bibliothécaires ! C’est le bibliothécaire des bibliothécaires quoi (surtout dans les petits villages qui n’ont pas de budgets d’acquisition) et il sillonne les routes de campagne dans son bibliobus pour apporter paix, formations et documents à ses collègues.


 
Le bibliothécaire d’Etat

Il a passé son concours d’Etat et est donc payé par un des ministères (culture, enseignement sup…).

 

Le bibliothécaire de la BNF ou de la BPI

Probablement les deux sectes – localisées à Paris – les plus soutenues par les bibliothécaires. On raconte que les agents sont attachés 20 heures par jour à des tabourets inconfortables pour cataloguer des murs de documents. Il se murmure aussi que l’on photographie de force certains livres… Mais ce ne sont que des rumeurs : personne n’en est jamais revenu (ou du moins assez sain d’esprit) pour faire la lumière sur les pratiques dérangeantes de ces deux sociétés secrètes.

 

Le bibliothécaire de bibliothèque spécialisée

Il travaille en bibliothèque spécialisée. Ben oui, ça fait tout de suite plus classe en soirée d’être “spécialisé”…  En général il ne détaille pas trop, car cela signifie juste qu’il est dans un établissement (public ou privé) dont le fonds est consacré à un même champ de la connaissance ; par exemple dont les collections sont dédiées aux rouflaquettes.

Un bibliothécaire très investi dans son rôle

 

Le bibliothécaire universitaire

Pour le nostalgique des études : il dépend du ministère de Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (donc de l’Etat). Il fait globalement les mêmes choses qu’un bibliothécaire municipal, mais ses publics sont des étudiants et des profs/chercheurs. Son fonds quant à lui est majoritairement constitué de documentaires chiants indigestes soporifiques destinés à élever l’esprit de nos chers étudiants ou permettre aux enseignants de compléter leurs cours.


 

Le bibliothécaire privé

Votre dernier Musso a disparu et une lettre de rançon de deux euros cinquante est arrivée ce matin par la poste ? Inutile de contacter le bibliothécaire privé pour cette odieuse affaire, car en réalité, c’est juste un bibliothécaire qui bosse dans le privé.

Dans une entreprise privée…

Mib
Le BIB : bibliothécaire in black (uniforme non obligatoire)

 

Le stagiaire bibliothécaire

Ça tombe bien, j’en ai justement un sous les yeux. Une espèce intéressante à observer. Il a surement des trucs à faire (des missions, un mémoire, du café…), mais vous le voyez errer avec désespoir entre les rayonnages à  la recherche d’un but (à sa vie ?) …

Article certifié 100% véridique.

Une question ? Une réponse ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *